Site icon Voyagerdz

Omicron/Algérie: Le contrôle aux frontières doit être rigoureux

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le contrôle aux frontières de l’Algérie doit être « rigoureux » surtout pour les voyageurs en provenance de pays où le variant Omicron circule fortement.

C’est ce qu’a préconisé le Dr Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil de l’ordre des médecins qui a rappelé que l’Omicron est un virus « importé. »

Le variant Omicron suscite l’inquiétude dans plusieurs pays notamment en Europe où il pourrait devenir dominant parmi les infections de Covid-19 d’ici à mi-janvier, selon la présidente de la Commission européenne.

Face à cette situation, plusieurs pays ont pris des mesures notamment des restrictions de voyage pour lutte contre la propagation de ce nouveau variant.

En Algérie, l’Institut Pasteur a annoncé qu’un premier cas du nouveau variant Omicron a été détecté le 14 décembre sur un passager à l’aéroport international d’Alger.

Faut-il fermer les frontières de l’Algérie?

Alors que certains pays ont décidé de fermer les frontières pour faire face à ce nouveau variant, cette option n’est, pour le moment, pas envisagée par les autorités algériennes.

Plusieurs spécialistes ont affirmé que la fermeture des frontières n’est pas la solution et ont préconisé plutôt un renforcement des contrôles au niveau des frontières.

« C’est le contrôle aux frontières qui doit être rigoureux en lui-même. Ce qu’il se passe actuellement c’est qu’avant d’embarquer sur un avion ou dans un bateau, il faut avoir été vacciné et être muni d’un test PCR de moins 36h en plus d’un test antigénique à l’arrivée. C’est comme cela qu’on a détecté le seul cas Omicron à nos frontières » a déclaré le Dr Bekkat Berkani à TSA.

Le spécialiste estime qu’il est facile de « contrôler tout le monte » en raison de la fréquence des vols qui est réduite et appelle à « garder un œil sur les voyageurs qui arrivent du Moyen-Orient et d’Afrique. »

De son côté, le Conseil scientifique a proposé de “resserrer un peu le contrôle sanitaire aux frontières” et un isolement des passagers en provenance des pays d’Afrique australe en leur accordant une “attention particulière et une surveillance” a fait savoir le Pr Ryad Mahyaoui, membre du Conseil scientifique de suivi de la pandémie de Covid19 en Algérie.

Quitter la version mobile