La reprise des vols obéit à des conditions rigoureuses

La reprise partielle des vols internationaux de la compagnie aérienne nationale Air Algérie obéit à des conditions sanitaires “rigoureuses.”

C’est ce qu’a affirmé, hier mardi, le porte parole d’Air Algérie Amine Andaloussi, à l’occasion de la reprise partielle des vols, après plus de 14 mois de suspension.

Les voyageurs devant rentrer en Algérie doivent effectuer deux tests PCR, outre celui imposé à l’arrivée à l’aéroport. Tout voyageur doit effectuer un premier PCR durant les 36 heures avant l’embarquement sur un vols vers l’Algérie et un autre à la fin de la période de confinement de 5 jours. Cette période peut être reconduite pour 5 jours supplémentaires si le résultat du test PCR est positif.

Vous aimerez aussi: Air Algérie: Arrivée de 299 passagers en provenance de Paris

Le premier vol en provenance de l’étranger a atterri hier, vers 16h, à l’aéroport international d’Alger Houari Boumediene. Ce vol opéré par la compagnie aérienne nationale Air Algérie depuis l’aéroport de Paris Orly a atterri avec 299 passagers à bord.

Ces passagers ont passé un test PCR à leur arrivée, avant d’être orientés vers des hôtels pour un confinement de 5 jours, selon les explications fournies à l’APS par le porte parole d’Air Algérie.

Interrogé, par ailleurs, sur les règles de l’Association de transport aérien international (IATA) notamment concernant le nombre de passagers par avion, Amine Andaloussi a fait savoir que l’IATA préconise “l’occupation totale des sièges” car, a t-il expliqué, “le risque de contamination au sein de l’avion est quasiment nul.”