Algérie: Aucun nouveau cas du variant Omicron

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Aucun nouveau cas du variant Omicron n’a, pour le moment, été détecté en Algérie, selon l’Institut Pasteur d’Algérie.

Après le premier cas du variant Omicron détecté en Algérie à la mi-décembre décembre qu’aucun autre cas du variant n’a été enregistré.

« L’Institut Pasteur n’a enregistré, jusque-là, aucun autre cas du variant Omicron en Algérie », a affirmé, hier, le Directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Faouzi Derrar.

Fawzi Derrar a précisé, dans une déclaration à l’agence APS, que l’IPA « poursuit les tests et les analyses pour identifier d’autres cas ».

Un premier cas détecté à l’aéroport d’Alger

Le premier cas du variant Omicron a été détecté, le 14 décembre, en Algérie. Il s’agissait d’un ressortissant étranger qui est rentré en Algérie le 10 décembre. Dans le cadre des dispositions et protocoles sanitaires arrêtés par les autorités algériennes, ce voyageur a fait l’objet d’un test antigénique à son arrivée au niveau de l’Aéroport international d’Alger.

Le voyageur a été déclaré positif, d’où l’orientation du test PCR de l’intéressé vers le laboratoire de référence de l’Institut Pasteur d’Algérie, où a été confirmée par séquençage la présence du variant Omicron, explique l’Institut Pasteur d’Algérie dans un communiqué.

Face à ce nouveau variant, l’institut Pasteur d’Algérie a appelé les algériens à se faire vaccinés afin de contrôler la circulation du virus SARS-CoV-2 et des variants et à respecter les mesures barrières.

Variant Omicron: L’Algérie renforcera le contrôle aux frontières

Pour lutter contre la propagation du variant Omicron en Algérie, les autorités ont décidé de renforcer le contrôle aux frontières.

Le Conseil scientifique a proposé de “resserrer un peu le contrôle sanitaire aux frontières.” Le Pr Ryad Mahyaoui, membre du Conseil scientifique de suivi de la pandémie de Covid19 en Algérie, a expliqué que le contrôle sanitaire est stricte: Un test PCR de 36 h et test antigénique à l’arrivée pour les voyageurs à leur arrivée en Algérie.

Tout en rappelant que l’Omicron est un virus « importé », le Dr Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil de l’ordre des médecins a souligné que le contrôle aux frontières qui doit être « rigoureux. »

« Ce qu’il se passe actuellement c’est qu’avant d’embarquer sur un avion ou dans un bateau, il faut avoir été vacciné et être muni d’un test PCR de moins 36h en plus d’un test antigénique à l’arrivée. C’est comme cela qu’on a détecté le seul cas Omicron à nos frontières” a t-il déclaré.