Vols et liaisons maritimes: Le premier ministre interpelé

Le sénateur Abdelouahab Benzaim a interpelé, hier, le premier ministre au sujet de la reprise des vols et des liaisons maritimes.

Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre Aïmene Benabderrahmane, le sénateur a rappelé qu’une semaine après la levée du confinement et l’application des nouvelles mesures (test PCR datant de 36h avant le vol et un test antigénique à l’arrivée en Algérie), “aucun cas positif au Covid19 n’a été enregistré” parmi les voyageurs en provenance de l’étranger.

Par conséquent, le parlementaire a appelé à une “reprise totale des vols avec l’étranger avec les mêmes conditions dans tous les aéroports algériens.” Cette “réouverture totale”, estime Abdelouahab Benzaim, permettra à la compagnie aérienne nationale Air Algérie “d’atténuer les pertes enregistrées quotidiennement et aux émigrés qui souffrent tous les jours de rentrer notamment durant ce mois d’août.

Outre la reprise totale des vols, le sénateur Abdelouahab Benzaim estime également qu’une reprise des liaisons maritimes, suspendues depuis mars 2020, peut être envisagée.

Vous aimerez aussi: Air Algérie: Plus de vols vers l’Algérie prochainement

“Puisqu’il est possible d’effectuer des tests au niveau des aéroports, des ports ou à bord des bateaux, pourquoi ces restrictions sur les voyages sont-elle maintenues?” s’interroge le parlementaire.

De son côté, le président de la commission des affaires étrangères à l’assemblée populaire nationale (APN) Mohamed Hani plaide pour la reprise des liaisons maritimes afin de répondre à la forte demande des algériens établis à l’étranger.

“Les frontières maritimes sont toujours fermées. Un avion transporte entre 250 et 300 passagers alors qu’un navire peut transporter 1 300 passagers. Donc, on peut programmer des dessertes maritimes au départ de Barcelone ou de Marseille, avec des tests qui seront réalisés durant la traversée. ” affirme le député qui a également appelé à augmenter le nombre de vols vers l’Algérie pour permettre aux algériens de rentrer dans leur pays.