Vols vers l’Algérie: Vers une reprise « presque totale »

Temps de lecture estimé : 3 minutes

L’ancien député Samir Chaabna a évoqué, hier, une reprise « presque totale » des vols au départ et à destination de l’Algérie.

Ces derniers jours, plusieurs responsables, notamment le ministre des transports et certains députés, ont évoqué une éventuelle hausse du nombre de vols d’Air Algérie « dans les prochains jours. »

Le ministre des transports a affirmé que son département fournit des efforts pour « revoir à la hausse » le nombre de vols de et vers l’Algérie « au cours des prochains jours. »

Le député Tawfik Khedim a également annoncé, après sa rencontre avec le PDG par intérim d’Air Algérie, une augmentation du nombre de vols « dans les prochains jours. »

Pour sa part, l’ancien député Samir Chaabna a indiqué, hier, dans une publication sur sa page Facebook que la reprise des vols d’Air Algérie devrait être « presque totale. »

Des vols au départ et à destination de plusieurs aéroports français

« Des préparatifs intenses sont en cours en prévision de l’annonce d’un riche programme de nouveaux vols au départ et à destination de l’Algérie qui concernent, en plus de plusieurs pays, de nombreux aéroports français. » écrit l’ancien parlementaire sur sa page Facebook.

Cette augmentation du nombre de vols devrait permettre de doubler le nombre de dessertes car les compagnies aériennes étrangères opérant en Algérie devrait être autorisées à opérer le même nombre de vols que la compagnie Air Algérie, explique l’ancien député sur sa page Facebook.

Samir Chaabna a indiqué que l’offre de vols entre la France et l’Algérie « est encore loin de répondre à la demande. » Les algériens établis en France attendent, selon l’ancien député, que plus des vols soient programmés au départ de Lyon, Toulouse, Lille, Mulhouse, Nice et Marseille.

Le PDG d’Air Algérie préfère une « ouverture graduelle »

Alors que les algériens, depuis plusieurs mois, la reprise totale des vols au départ et à destination de l’Algérie, le PDG par intérim d’Air Algérie a affirmé qu’il préfère une « ouverture graduelle. »

 « Même si, demain, l’État me demande de reprendre à 100%, je dirai non… Je préfère une ouverture graduelle, 40, 50, 60%… » a fait savoir Amine Debaghine Mesroua, qui s’exprimait, hier, devant les membres de la commission des affaires étrangères de l’APN.