L’Italie va délivrer des permis de travail pour les algériens

Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’Italie va délivrer, cette année, des permis de travail pour les ressortissants de plusieurs pays non-européens dont les algériens.

Le ministère italien de l’Intérieur a annoncé, dans un communiqué de presse, le nombre maximal de permis de travail qui seront délivrés, cette année, aux travailleurs non européens, saisonniers et non saisonniers, ainsi qu’aux travailleurs indépendants.

Au total, l’Italie va délivrer, au maximum, 69 700 permis de travail pour les ressortissants de pays tiers cette année, selon le ministère qui précise qu’un quota de 27 700 permis de travail sont réservés pour le travail subalterne non saisonnier et indépendant et les conversions », note le Ministère.

Sur ce quota total de 27 700, l’Italie a réservé 20 000 permis de travail pour le travail subordonné non saisonniers dans les secteurs du transport de marchandises, de la construction et du tourisme pour les citoyens d’une trentaine de pays dont l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, rapporte le site spécialisé SchengenVisa.

L’Italie va répartir les 7 700 permis restants entre les ressortissants de pays tiers qui ont suivi des programmes de formation et d’éducation dans leur pays d’origine, les travailleurs d’origine italienne résidant au Venezuela et les travailleurs indépendants, précise la même source.

Le ministère italien de l’intérieur a indiqué que les demandes de permis de travail de ce type peuvent être déposées à compter du 27 janvier.

42 000 autres permis, sur le nombre total de 69 700 prévus cette année par l’Italie, seront attribués à des travaux subordonnés dans les secteurs de l’agriculture et du tourisme pour les travailleurs algériens, marocains, tunisiens et ceux issus de plus d’une vingtaine d’autres pays.

Pour ce type de travail, les demandes de permis de travail peuvent être déposées à partir du 1er février, précise encore le ministère italien de l’intérieur, cité par SchengenVisa.