Algérie: Les vols internationaux ne seront pas suspendus

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les vols internationaux au départ et à destination de l’Algérie ne seront pas suspendus “pour le moment”, selon un spécialiste.

L’Algérie a rouvert partiellement, depuis le 1er juin, ses frontières aériennes après plus d’une année de suspension en raison de la crise sanitaire.

Actuellement, plus d’une centaine de vols sont opérés, chaque semaine, au départ et à destination des aéroports d’Alger, Oran et Annaba.

Depuis l’apparition du nouveau variant Omicron et la hausse du nombre des contaminations dans plusieurs, la question de la suspension des vols internationaux et de la fermeture des frontières a été de plus en plus évoquée pour lutter contre la propagation de la pandémie et notamment du nouveau variant Omicron.

Dans une déclaration à la presse, ce samedi, en marge séminaire national sur la modernisation du système de santé, le Dr Ilyes Akhamokh a affirmé que les mesures de fermeture ont prouvé leur inefficacité face aux différents variants du Covid19.

Le membre du comité scientifique du suivi du coronavirus en Algérie, cité par le journal El Bilad, a indiqué que le variant Omicron sera dominant en Algérie à la fin du mois.

La position du Dr Akhamokh concernant la suspension des vols internationaux est partagée par les autres spécialistes qui estiment également que la fermeture des frontières n’est pas la solution et appellent à renforcer les contrôles au niveau des frontières.

Le Dr Bekkat Berkani, président du conseil de l’ordre des médecins estime que “le contrôle aux frontières qui doit être rigoureux”.

“Ce qu’il se passe actuellement c’est qu’avant d’embarquer sur un avion ou dans un bateau, il faut avoir été vacciné et être muni d’un test PCR de moins 36h en plus d’un test antigénique à l’arrivée. C’est comme cela qu’on a détecté le seul cas Omicron à nos frontières” a déclaré le spécialiste.

Le Pr Ryad Mahyaoui, membre du Conseil scientifique de suivi de la pandémie de Covid19 en Algérie a, lui aussi, insisté sur l’importance de “resserrer un peu le contrôle sanitaire aux frontières.”