Vols annulés: Air France s’engage à rembourser dans un délai de sept jours

Air France s’est engagée, avec 15 autres compagnies aériennes, à rembourser les billets des vols annulés dans un délai de sept jours.

C’est ce qu’a annoncé, hier, la commission européenne dans un communiqué à l’issue de dialogues menés les autorités nationales chargées de la protection des consommateurs.

En plus de la compagnie Air France, trois autres compagnies opérant actuellement des vols vers l’Algérie se sont engagées à rembourser rapidement les vols annulés. Il s’agit de Lufthansa, Alitalia et Vueling.

Les 16 compagnies qui se sont engagées à rembourser les vols annulés dans un délai de 7 jours sont: Aegean Airlines, Air France, Alitalia, Austrian Airlines, British Airways, Brussels Airlines, Easyjet, Eurowings, Iberia, KLM, Lufthansa, Norwegian, Ryanair, TAP, Vueling et Wizz Air.

Outre le remboursement en sept jours, ces compagnies se sont engagées notamment à communiquer aux passagers “des informations plus claires sur leurs droits en cas d’annulation d’un vol”, faire “clairement la distinction entre les annulations de vols imputables aux compagnies et celles effectuées par les passagers.

Vous aimerez aussi: Remboursement des billets: Du nouveau chez Air France

Ces compagnies se sont également engagées, selon le communiqué, à ce que les voyageurs reçoivent pas de bons “que s’ils en font expressément la demande” et que les passagers ayant réservé leur vol via un intermédiaire et qui “rencontrent des difficultés pour se faire rembourser par cet intermédiaire peuvent s’adresser à la compagnie aérienne et demander à être remboursés directement.”

“Le fait que les compagnies aériennes aient coopéré lors des dialogues et se soient engagées à respecter les droits des passagers et à améliorer leur communication constitue une bonne nouvelle pour les consommateurs.” s’est félicité Didier Reynders, commissaire chargé de la justice rappelant qu’au début de la pandémie, certaines compagnies aériennes ont imposé des bons d’achat aux passagers et enfreignaient ainsi les règles de l’Union européenne en matière de protection des consommateurs.

En réaction à cette nouvelle, Adina Vălean, commissaire chargée des transports a annoncé un examen des “options réglementaires visant à renforcer la protection des passagers face aux crises futures.»