Algérie: Appel à la réouverture des frontières terrestres

L’ancienne députée Amira Slim a appelé, hier, le premier ministre à la réouverture des frontières terrestres, fermées depuis plus d’une année.

Les autorités ont décidé, en mars 2020, de fermer toutes les frontières aériennes, terrestres et maritimes dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie de Covid19.

L’ancienne parlementaire a évoqué la situation des ressortissants algériens qui sont bloqués en Tunisie depuis le début de la pandémie de Covid19.

“La poursuite de la fermeture de la frontière terrestre n’est plus nécessaire, comme ce fut le cas précédemment, notamment en raison de l’amélioration de la situation sanitaire des deux pays (Algérie et Tunisie, Ndlr), avec une réduction significative du nombre de cas et des progrès significatifs dans le processus de vaccination du côté algérien et tunisien.” écrit l’ancienne députée de l’émigration (zone 3).

Vous aimerez aussi: Algérie: Appel à la réouverture des frontières avec la Tunisie

L’ancienne députée rappelle qu’il y a environ 120 ressortissants algériens qui sont bloqués en Tunisie avec leurs voitures depuis le début de la pandémie.

“Ce n’est pas une histoire d’émotions, mais ces personnes sont des algériens, et on ne peut les laisser dans ces circonstances sous le prétexte de la peur de l’épidémie, comme si on les laissait à leur sort. Les États sont également en mesure d’exploiter nos relations fortes et solides avec nos frères tunisiens en trouvant une solution rapide à cet obstacle en éliminant la taxe douanière tunisienne, qui est estimée à une centaine de dinars tunisiens par mois.” explique l’ancienne parlementaire dans une publication sur sa page Facebook.

Amira Slim appelle à la réouverture des frontières terrestres avec la Tunisie dans le strict respect des conditions sanitaires pour permettre ” aux personnes ayant été entièrement vaccinées de rentrer chez elles avec leur voiture estampillée sur leur passeport, ainsi que de permettre aux Tunisiens bloqués en Algérie de rentrer dans leur pays avec les mêmes procédures protocolaires.”