Frontières algériennes: Retour sur 14 mois de fermeture

Les frontières algériennes, fermées depuis exactement 14 mois, rouvriront partiellement à partir du 1er juin. Retour sur 14 mois de fermeture.

La décision de fermer les frontières a été prise, le 17 mars 2020, par le président de la République Abdelmadjid Tebboune pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Il avait décidé, au terme des consultations avec le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) en Algérie et l’autorité sanitaire, de fermer toutes les frontières aériennes, terrestres et maritimes.

Depuis cette fermeture des frontières, plusieurs vols avaient été organisés par les autorités pour le rapatriement des ressortissants algériens bloqués à l’étranger et d’autres avaient été autorisés à rentrer en Algérie pour “motifs impérieux”.

Au total, près de 46.000 ressortissants algériens, bloqués dans plusieurs pays, avaient été rapatriés depuis le début de la crise sanitaire de Covid19, selon les chiffres communiqués, début février 2021, par la Police des frontières. Un premier vol avait été opéré, début février 2020, pour le rapatriement des étudiants algériens établis à Wuhan en Chine.

Cette décision de fermeture des frontières a été critiquée par les milliers d’algériens établis à l’étranger, dont certains ont perdu des proches sans pouvoir rentrer pour assister à leur enterrement. Plusieurs manifestations avaient été organisées devant les ambassades d’Algérie, des pétitions ont été lancées en ligne pour interpeller les autorités algériennes.

Vous aimerez aussi: Réouverture des frontières: Ce qu’il faut retenir

“Nous avons des morts, ma sœur est décédée et je n’ai pas pu la voir…” lançait une algérienne établie en Espagne, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Les spécialistes avaient, quant à eux, saluée cette décision affirmant qu’elle “nous a préservés” et qu’elle a eu un “impact positif” sur la situation épidémiologique en Algérie.

La fermeture des frontières algériennes a “permis d’éviter la troisième vague déclenchée par les différents variants…”, selon le Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie (SAI).

Le Conseil des ministres a approuvé, hier, les propositions d’une réouverture partielle des frontières à partir du 1er juin avec, pour un début, cinq vols quotidiens au départ et à destination des aéroports d’Alger, Constantine et Oran.