Réouverture des frontières: Les propositions d’un spécialiste

Les frontières de l’Algérie sont fermées depuis près de 14 mois. Jusqu’à présent, aucune date n’a été fixée pour la réouverture.

Le Dr Mohammed Bekkat Berkani, membre du comité scientifique du suivi de la pandémie de Coronavirus en Algérie a formulé des propositions pour une réouverture des frontières au cas par cas.

Dans une interview accordée à TSA, le spécialiste a indiqué qu’on peut permettre “dans certains cas particuliers” la réouverture des frontières.

Il estime que la réouverture des frontières dans le sens Algérie-étranger “est réalisable” notamment pour les personnes qui doivent voyager “pour plusieurs raisons: travail, soins, etc.”

Dans le sens, étranger-Algérie, le spécialiste estime qu’il y a “un risque sanitaire.” Toutefois, il plaide pour un traitement “au cas par cas” des “situations exceptionnelles.”

“Les Algériens ont le droit de rentrer dans leur pays tout en respectant les conditions sanitaires, la RT PCR au départ et une autre à l’arrivée et probablement une mise en quarantaine.” a t-il suggéré.

Vous aimerez aussi: Algérie: Les frontières restent fermées

Rappelant que la fermeture des frontières “nous a préservés” et que la question de leur réouverture est “une décision politique”, le spécialiste explique que l’Algérie n’est pas obligée de rouvrir les frontières “tout de suite”, “car nous sommes dans une situation de stabilité.”

Pour lui, il est certain que l’Algérie ne va pas garder ses frontières “fermées ad vitam æternam.” “Mais il n’est pas question d’ouvrir d’un coup au risque d’y avoir un rush tellement important qu’on n’arriverait pas à contrôler la situation sur le plan sanitaire.” a t-il souligné.

Le Dr Mohammed Bekkat Berkani insiste sur l’impact positif de la fermeture des frontières algériennes qui, “qu’on ne le veuille ou pas”, “nous a préservés d’une invasion tous azimuts des variants, en particulier le britannique.”

Il a rappelé que plusieurs pays voisins, qui ont décidé de rouvrir leurs frontières, “sont dans une situation que l’Algérie ne souhaite pas vivre.”

Pour rappel, le Président de la République a décidé de maintenir la “fermeture totale” des frontières aériennes, maritimes et terrestres.