Frontières : Le Président Tebboune de nouveau interpellé

Le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a été, de nouveau, interpellé pour la réouverture des frontières de l’Algérie, fermées depuis prés de 14 mois.

En effet, 16 organisation et collectifs représentant les algériens établis dans plusieurs pays ont adressé, hier mardi, une lettre au Chef de l’État.

Ces organisations appellent le Président Tebboune à “accélérer la réouverture des frontières dans le respect des mesures sanitaires en vigueur au niveau international et à mettre fin à la tragédie que vivent les Algériens à l’étranger.”

Les algériens établis à l’étranger demandent “l’organisation de vols réguliers par Air Algérie pour répondre aux besoin de la communauté (algérienne établie à l’étranger, Ndlr) et l’autorisation d’acheter des billets auprès des compagnies aériennes étrangères. “

Vous aimerez aussi : Frontières: Une nouvelle décision du président Tebboune

Dans la lettre adressée au Président Tebboune, les organisations et collectifs représentant les algériens établis dans plusieurs pays demandent également “l’annulation” de l’autorisation exceptionnelle d’entrée en Algérie qui a”humilié” la communauté algérienne à l’étranger et devenue “un visa pour entrer dans notre propre pays.”

Ces organisations affirment être “prêtes à proposer des alternatives et des solutions pour ouvrir les frontières de manière conditionnelle afin de préserver le pays de l’épidémie et garantir le droit des personnes bloquées de rentrer.”

Pour rappel, lors de la dernière réunion consacrée à l’évaluation de la situation pandémique en Algérie, le Président Tebboune a ordonnée le maintien de la “fermeture totale” des frontières aériennes, terrestres et maritimes de l’Algérie. Il a également appelé à “hisser” le niveau de vigilance au quotidien et ordonné d’accélérer la cadence de vaccination au niveau national.

La compagnie aérienne nationale Air Algérie a affirmé que la reprise de ses vols dépend de “la décision des autorités algériennes pour la réouverture des frontières mais aussi des décisions des pays de destination concernant les modalités d’entrée sur leurs territoires.”