Algériens bloqués à Paris:Précisions de l’ambassade d’Algérie

L’ambassade d’Algérie en France a apporté, hier, des précisions au sujet de la situation des algériens bloqués depuis le 27 février à l’aéroport Paris-CDG.

L’ambassade précise que ces personnes ont été “saisie individuellement par l’agence d’Air Algérie à Londres les informant de l’annulation de leur billet Paris-Alger” suite à la détection en Algérie des cas du variant anglais.

En dépit de cette notification, explique l’ambassade dans un communiqué, ces 27 ressortissants algériens “ont tenu à se déplacer à Paris le 27 et 28 février”

Le Consul d’Algérie à Créteil a rencontré, depuis le 2 mars, plusieurs fois des représentants de ce groupe “pour échanger sur leur situation et la nécessité de retourner à leur lieu de résidence en attendant la réouverture des frontières.”

Vous aimerez aussi: Des algériens bloqués à Paris interpellent le président

Il leur a également expliqué que la décision de la fermeture des frontières a été actée en Conseil des ministres et que, par conséquent, “aucune dérogation ne pouvait être accordée”.

L’ambassade d’Algérie en France a précisé que la compagnie aérienne nationale Air Algérie a affiché sa disponibilité “à prendre en charge les billets retour vers le lieu de résidence, payer les frais de tests PCR, rembourser leur billet Londres-Paris et prendre en charge l’excédent de bagages” et également “à prendre en charge les frais d’hôtel le temps d’organiser leur retour.” La compagnie a aussi pris en charge les frais de restauration et autres durant 15 jours”

“Malgré les propositions faites leur garantissant le retour vers leur lieu de résidence (Grande Bretagne), les concernés ont choisi de rester en zone internationale.

Enfin, l’ambassade d’Algérie en France rappelle que ces vols opérés par Air Algérie sont “des vols de rapatriement et non des vols commerciaux, destinés aux titulaires de passeport délivré en Algérie, revêtu d’un visa touristique et en possession d’un test PCR.”