La réouverture des frontières “risque de nous porter préjudice”

La réouverture des frontières de l’Algérie, fermées depuis maintenant une année, “risque de nous porter préjudice.”

C’est ce qu’a affirmé, hier, le Dr Bekkat Berkani, membre du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus COVID-19 en Algérie.

Pour le spécialiste, “…la situation risque de nous porter préjudice si jamais nous décidons de manière irréfléchie de rouvrir nos lignes aériennes.”

Le Dr Bekkat Berkani a rappelé, dans une interview accordée hier à visa-algerie, que la France, avec laquelle nous avons le plus de vols, enregistre entre 25.000 et 30.000 cas positifs au coronavirus par jour.

Vous aimerez aussi: La réouverture des frontières “n’est pas d’actualité”

Il a expliqué que le “risque existe” malgré l’instauration des tests PCR avant l’embarquement car “il peut y avoir des faux négatifs.”

Le président de l’ordre national des médecins estime que la réouverture des frontières et la reprise des vols est “la meilleure façon” d’introduire le virus en Algérie notamment les nouveaux variants.

La décision de l’Algérie de maintenir ses frontières aériennes, maritimes et terrestres fermées “nous a préservés de la catastrophe annoncée.” insiste le Dr Bekkat Berkani.

Vous aimerez aussi: La réouverture des frontières “n’est pas d’actualité”

Abondant dans le même sens, le Professeur Riyad Mehyaoui, également membre du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus COVID-19, estime que l’Algérie a évité la troisième vague de la pandémie “grâce à la fermeture des frontières.”

Pour lui, la réouverture des frontières algériennes “n’est pas d’actualité. « Je pense que le temps n’est pas encore venu pour parler de la réouverture des frontières en dehors de cas particuliers, mais il viendra un jour ou on parlera de cette question.” a t-il déclaré, dans une interview accordée, dimanche, à la chaine Echorouk News.