“Ce qui nous a protégés, c’est la fermeture des frontières”

“…Ce qui nous a protégés, c’est la fermeture des frontières”, c’est ce qu’a affirmé, hier, le Pr Salah Lellou, chef de service pneumologie à l’hôpital d’Oran.

Dans un entretien accordé au journal électronique TSA, le Pr Lellou a relevé que le nombre de contaminations a augmenté dans plusieurs pays qui ont décidé de rouvrir leurs frontières.

Le spécialiste estime que l’Algérie prendra “un risque” si elle décide de rouvrir ses frontières “tant qu’il y a une flambée en France, en Espagne, au Maroc et la Tunisie.”

Vous aimerez aussi: Reprise des vols: Ce qu’a dit le porte parole du gouvernement

Pour lui, le maintien des frontières fermées est “une des raisons” de la baisse du nombre de contaminations en Algérie.

Cette position du Pr Lellou est partagée par le ministre de la santé Abderrahmane Benbouzid. Ce dernier avait déclaré, lors de son passage sur Canal Algérie, que le maintien des frontières fermées “nous a préservés.”

Le Pr Lellou explique qu’il est plus facile de contrôler les ressortissants algériens qui ont été rapatriés de plusieurs pays mais il sera plus difficile de contrôler “s’il y a une ouverture totale.”

“…Si vous permettez la réouverture des frontières, vous ne pourrez pas empêcher les déplacements, et vous ne pourrez pas tout contrôler.” avait également expliqué, pour sa part, le ministre de la santé.