Billets d’Air Algérie: Du nouveau pour le remboursement

La compagnie aérienne nationale Air Algérie a annoncé, ce jeudi, du nouveau concernant le remboursement des billets annulés.

Un demi-million de billets ont été annulés par la compagnie aérienne nationale en raison de la crise sanitaire depuis le mois de mars 2020.

La compagnie Air Algérie a entamé, en décembre dernier, le remboursement des billets annulés à cause de la pandémie de Covid19.

Ce jeudi, Air Algérie a annoncé une nouvelle mesure pour ses clients afin de leur faciliter l’utilisation de leurs anciens billets « quelque soit » la destination.

La compagnie a annoncé, dans un communiqué, avoir mis un site à la disposition de ses clients « quelque soit » leur destination afin de leur « faciliter » l’utilisation de vos anciens billets ou EMD-Voucher archivés durant la pandémie.

Air Algérie assure que les demandes seront traitées en « quelques jours » après leur enregistrement sur le site. « Votre demande sera traitée quelques jours après votre enregistrement vous permettant d’organiser votre prochain voyage ou obtenir un remboursement auprès de votre agence. » affirme la compagnie dans un communiqué.

La compagnie nationale appelle ses clients à déposer leurs demandes avant le 30 novembre. « La date limite de réception des demande est fixée au 30 novembre. » indique Air Algérie.

Comment procéder?

Pour déposer votre demande, rendez-vous sur ce site mis en place par Air Algérie et renseignez les champs nécessaires. Il suffit de mentionner le numéro de votre billet et votre nom.

Par ailleurs, il faut rappeler que la compagnie aérienne Air Algérie doit rembourser ses clients en Algérie mais aussi à l’étranger notamment en France après l’annulation de l’ensemble de ses vols en mars 2020.

Début avril, le site spécialisé Air Journal a rapporté que le pavillon national devait encore rembourser, en France, 25 000 billets non consommés à cause de la crise sanitaire.

Sur ces 25000 demandes reçues par Air Algérie, « il y aurait 4000 à 5000 doublons », selon le média spécialisé. Ceci entraîne une « vérification » et « inévitablement du retard sur certains dossiers », précise la même source.