Tunisie:Les professionnels du tourisme attendent les algériens

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Après deux ans d’absence à cause du Covid19, les professionnels du tourisme en Tunisie attendent le retour des touristes algériens.

Avant la crise sanitaire, des centaines de milliers de touristes algériens se rendent, chaque été, en Tunisie pour passer leurs vacances.

Alors que les frontières aérienne et maritime ont été rouverte respectivement en juin et octobre dernier, les frontières terrestres avec la Tunisie ne sont pas encore ouvertes pour les touristes.

Pour le moment, seuls les algériens résident en Tunisie et les tunisiens résident en Algérie peuvent voyager entre les deux pays par voie terrestre à travers les postes frontières de Oum Tabboul et Taleb Larbi.

Fortement impactés par les crise sanitaire, les professionnels tunisiens du tourisme attendent avec impatience le retour des touristes algériens. En 2019, ils étaient trois millions sur les 9 millions de touristes étrangers.

Avec l’amélioration de la situation sanitaire et à l’approche de la saison estivale, les professionnels appellent à la réouverture des frontières terrestres pour permettre aux touristes algériens de passer leurs vacances en Tunisie.

Algérie-Tunisie : Les professionnels du tourisme appellent à la réouverture des frontières

Lors d’une rencontre organisée, vendredi à Hammamet, les professionnels du secteur ont appelé à la réouverture des frontières terrestres et à faciliter l’entrée des algériens en Tunisie, rapporte le journal tunisien La Presse.

Selon les voyagistes tunisiens, la Tunisie est « prête » à accueillir les touristes algériens en proposant des « offres touristiques compétitives. »

Si les spécialistes tunisiens du tourisme appellent à la réouverture des frontières terrestres, c’est parce que 93% des touristes algériens entrent en Tunisie via les postes frontaliers terrestres.

La relance du secteur du tourisme en Tunisie, fortement impacté par la crise sanitaire, dépend de ‘l’affluence des touristes algériens et de la réouverture des frontières », estime le chargé des sections régionales des agences de voyages, cité par La Presse.