Air France: Les billets d’avion coûteront plus chers

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les billets d’avions coûteront plus chers prochainement. Cette augmentation des prix est « inévitable », selon un responsable du groupe Air France-KLM.

Alors que les algériens établis à l’étranger, notamment en France, se plaignent des prix « exorbitants » pratiqués par les compagnies aériennes, ce responsable du groupe Air France-KLM annonce que la baisse des prix des billets, tant attendue, n’est pas pour bientôt. Bien au contraire !

Le responsable britannique du groupe, cité par Slate, que cette hausse des prix des billets d’avion est liée à « l’augmentation du coût de la vie » qui est un problème aussi bien pour les ménages que pour l’industrie aérienne.

Il explique également cette augmentation des prix des billets par la hausse des « coûts de carburants et des frais d’aéroports. » Pour lui, l’impact sur les prix des billets d’avion est « inévitable. »

Ce responsable du groupe Air France-KLM, cité par Slate, s’attend à ce que le billets coûtent plus chers et conseille aux voyageurs de « s’y prendre à l’avance » pour éviter d’acheter des billets à des prix élevés.

La compagnie aérienne Air France a annoncé déjà, début janvier 2022, une augmentation « de quelques euros » des prix de ses billets afin de « compenser une partie du surcoût de l’utilisation de carburant durable. »

Les prix des billets devraient augmenter de 1 à 4 euros pour les vols en classe économique et jusqu’à 12 euros en classe affaires.

Mauvaise nouvelle pour les algériens

Depuis la réouverture des frontières aériennes de l’Algérie le 1er juin, les compagnies aériennes opérant des vols entre l’Algérie et la France proposent des billets à des prix exorbitants. Cette situation a poussé plusieurs députés à saisir le ministre des transports et le premier ministre.

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, qui a reconnu que les prix des billets entre la France et l’Algérie sont « excessivement chers » et inaccessibles aux algériens établis à l’étranger, a annoncé, en novembre dernier, l’ouverture d’une enquête.

Cette commission, indique le premier ministre, va examiner la structure des prix des billets notamment de la ligne Paris-Alger, selon l’agence APS.