Algérie: Le trafic aérien a baissé de 40% par rapport à 2019

Temps de lecture estimé : 2 minutes

La pandémie de Covid19 a fortement impacté le trafic aérien en Algérie. L’Établissement national de la navigation aérienne a annoncé une baisse de 40%.

Ce chiffre a été communiqué, hier, par le le directeur général de l’Établissement national de la navigation aérienne (ENNA), Youcef Safir, cité par l’APS.

Cette chute du trafic aérien a impacté le chiffre d’affaire de l’ENMA qui a baissé de 50% en 2020 et 45% en 2021, a fait savoir le même responsable lors de son audition par la commission des transports et des télécommunications de l’APN.

Les autorités avaient décidé de fermer ses frontières aériennes et de suspendre l’ensemble des vols au départ et à destination de l’Algérie depuis la mi-mars 2020 dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie de Covid19.

Seuls quelques vols avaient été opérés par la compagnie aérienne nationale Air Algérie pour rapatrier les ressortissants algériens bloqués à l’étranger. Des vols ont également été opérés par des compagnies aériennes étrangères pour le rapatriement des étrangers bloqués en Algérie.

Le trafic aérien a repris partiellement depuis le 1er juin suite à la décision des autorités algériennes de rouvrir les frontières aériennes et d’autoriser la reprise partielle des vols.

Actuellement, une centaine de vols sont opérés, chaque semaine, au départ et à destination des aéroports d’Alger, Oran et Constantine.

Le nombre de destinations desservies au départ de l’Algérie a été renforcé progressivement depuis le 1er juin pour atteindre une douzaine de pays: la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni, la Turquie, le Canada, la Tunisie, la Russie, la Suisse, l’Égypte, les Émirats arabes unis.