L’OMS s’oppose à l’interdiction des voyages internationaux

Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’organisation mondiale de la santé (OMS) s’oppose à l’interdiction des voyages internationaux alors que le variant Omicron continue de se propager dans le monde.

Dans un communiqué publié, jeudi, l’organisation onusienne s’est également prononcée contre la vaccination obligatoire pour entrer dans les pays.

L’organisation mondiale de la santé (OMS) explique cette position par « l’inefficacité de telles mesures pour enrayer la propagation du variant Omicron. »

L’OMS a recommandé une levée ou un assouplissement des interdictions de circulation entre les différentes pays car celles-ci n’apportent « aucune valeur ajoutée et continuent de contribuer au stress économique et social des États. »

« La mise en œuvre d’interdictions générales de voyager n’est pas efficace pour supprimer la propagation internationale et peut décourager la notification transparente et rapide des variants émergents préoccupants. » affirme l’OMS.

Le pass vaccinal n’est pas nécessaire ?

En plus de sa position contre l’interdiction des voyages internationaux, l’OMS affirme également que « l’obligation de fournir une preuve de vaccination contre la Covid-19 pour les voyages internationaux pourrait ne pas être nécessaire en tant que seule voie ou condition permettant les voyages internationaux. »

Dans son communiqué, l’organisation mondiale de la santé appelle les pays à envisager « une approche fondée sur le risque pour faciliter les voyages internationaux en levant ou en modifiant les mesures, telles que les exigences en matière de tests et/ou de quarantaine, le cas échéant, conformément aux directives de l’OMS. »

Tout en invitant la communauté internationale à faire en sorte qu’au moins « 70% de la population de tous les pays soit vaccinée au début de juillet 2022 », l’organisation appelle à « reconnaître tous les vaccins ayant reçu la liste d’utilisation d’urgence de l’OMS et toutes les combinaisons vaccinales hétérologues. »

Pour rappel, dès l’apparition du variant Omicron, l’OMS a appelé à maintenir les frontières ouvertes et “adopter une approche scientifique” basée sur “l’évaluation des risques.”

L’organisation affirmait qu’il est « crucial que les pays qui sont transparents avec leurs données soient soutenus, car c’est le seul moyen de s’assurer que nous recevons les données importantes en temps opportun.”