Maroc/fermeture des frontières: Un coup fatal pour le tourisme

Temps de lecture estimé : 2 minutes

La fermeture des frontières du Maroc a porté un « coup fatal » au tourisme, selon les professionnels du secteur.

Depuis la reprise de la pandémie de Covid19 au Maroc, le secteur du tourisme est quasiment à l’arrêt et les tours opérateurs marocains sont menacés de faillites en raison de la fermeture des frontières.

Au Maroc, quelque 80% des agences de voyages sont déjà à l’arrêt, selon la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM).

Les autorités ont décidé de fermer les frontières et de suspendre l’ensemble des vols au départ et à destination du Maroc au moins jusqu’au 31 janvier.

Le Maroc a également décidé, le 28 novembre, de suspendre l’ensemble des liaisons maritimes avec l’Europe « jusqu’à nouvel ordre ».

Cette dernière décision de fermeture des frontières est « un coup fatal » au secteur du tourisme selon la propriétaire d’une agence de voyages, citée par L’Écho Touristique.

Les professionnels du secteur du tourisme se plaignent du fait qu’ils n’ont reçu aucun soutien « ni matériel ni moral » des autorités.

Les pertes enregistrées par le secteur du tourisme au Maroc en raison de ces restrictions sont énormes. Elles sont estimées à un milliard de dirhams pour la seule dernière semaine du mois de décembre 2021, selon la Confédération nationale du tourisme (CNT) au Maroc, citée par l’APS.

En 2021, les recettes du secteur du tourisme au Maroc ont chuté de 65% à 28 milliards de dirhams contre 80 milliards en 2019, selon les chiffres officiels, cité par l’APS.