Site icon Voyagerdz

Il faut protéger la compagnie aérienne Air Algérie

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le ministre des transports Aissa Bekkai a appelé à la protection de la compagnie aérienne nationale Air Algérie.

Air Algérie, à l’instar des autres compagnies aériennes à travers le monde, a été frappée de plein fouet par la crise sanitaire du Covid19.

Elle a été contrainte d’annuler l’ensemble de ses vols pendant plus d’une d’une année suite à la décision des autorités algériennes de fermer les frontières aériennes au mois de mars 2022.

Air Algérie a été autorisée à reprendre partiellement ses vols, le 1er juin, après la décision de rouvrir les frontières aériennes. Actuellement, la compagnie opère une cinquantaine de vols par semaine vers une dizaine de destinations.

Cette reprise partielle des vols après plus d’une année de suspension devrait “contribuer de manière significative à la réduction de la pression sur la compagnie et au retour progressif de son activité.”

Protéger Air Algérie

Au cours d’une réunion tenue, mercredi, avec le président du Syndicat des pilotes de ligne algériens (SPLA) et les membres de son bureau national, le ministre des transports a insisté sur la nécessité de conjuguer les efforts en vue de protéger Air Algérie car c’est une compagnie « vitale. »

Le ministre a appelé à « la nécessité de fédérer les efforts pour protéger cette compagnie vitale et prendre en considération les conditions de son activité et les répercussions de la pandémie de Covid-19. » selon un communiqué du ministère des transports.

Le premier responsable du secteur des transports, précise le communiqué cité par l’agence APS, a promis aux représentants du syndicat d’examiner toutes leurs revendications et de leur trouver des solutions en adéquation avec la reprise progressive d’Air Algérie et l’élargissement de son activité.

Quitter la version mobile