Omicron: Lufthansa va annuler plus de 30 000 vols

Le groupe Lufthansa devrait annuler plus de 30 000 vols durant cet hiver à cause de la propagation du variant Omicron dans plusieurs pays.

Le secteur du transport aérien, qui a déjà été fortement impacté depuis le début de la crise sanitaire de Covid19, va encore subir les conséquences de cette pandémie.

Malgré les forts taux de vaccination contre le Covid19 enregistrés dans plusieurs pays, l’apparition du nouveau variant Omicron et sa propagation à travers le monde a obligé plusieurs pays à imposer de nouvelles restrictions de voyage.

En raison de ces nouvelles restrictions de voyage, Lufthansa prévoit d’annuler au total 33 000 vols en raison de la propagation de nouveau variant du Covid19, détecté pour la première fois en Afrique du Sud.

C’est ce qu’a annoncé, le président du directoire du groupe Lufthansa, Carsten Spohr au journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Le responsable a indiqué que le groupe table sur une “chute brutale” des réservations à compter de la mi-janvier et jusqu’au mois de février.

Le président du directoire du groupe Lufthansa, cité par par l’agence Reuters, a précisé que les 33.000 vols qui pourraient être annulés correspondent à environ 10% du programme de vols du groupe pour l’hiver.

Vous aimerez aussi: Lufthansa: 7 millions de passagers au 1er trimestre 2021

Le groupe Lufthansa a relevé une diminution des réservations dans plusieurs pays européens notamment l’Allemagne, Autriche, la Suisse et la Belgique.

Affréter des vols pour conserver des créneaux

Lufthansa a été contrainte d’affréter des vols pour s’assurer de conserver ses créneaux de décollage et d’atterrissage et diminuer le nombre de vols annulés en janvier.

Pour conserver ses créneaux de décollage et d’atterrissage, explique le même responsable, Lufthansa doit opérer “18000 vols supplémentaires superflus sur la période hivernale.”

Le président du directoire du groupe Lufthansa a déploré la position de l’Union européenne qui ne fait pas “davantage pour réduire l’ampleur de ces vols fantômes.

En effet, les compagnies aériennes sont obligées, selon les règles de l’Union européenne, d’utiliser 80% de leurs créneaux pour pouvoir les conserver l’année suivante. Ces règles ont été allégées depuis le début de la crise sanitaire de Covid19.

Les compagnies aériennes doivent utiliser 50% des créneaux pour l’hiver 2021-2022 et 64% pour la période estivale du 28 mars au 29 octobre, précise l’agence Reuters.