Tourisme: 2 000 milliards de dollars de pertes en 2021

Le secteur du tourisme devrait enregistrer 2000 milliards de dollars de pertes dans le monde durant l’année 2021 à cause de la pandémie de Covid19.

Ce sont les prévisions de l’organisation mondiale du tourisme qui indique que la reprise de l’activité du secteur est « lente » et « fragile. »

Ces pertes sont similaires à celles enregistrées durant l’année 2020, alors que de nouvelles restrictions ont été annoncées par plusieurs pays en raison du nouveau variant du Covid19 Omicron, détecté pour la première fois en Afrique du Sud.

Le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, a reconnu, dans une déclaration à l’AFP, que la situation est « totalement imprévisible » et que le secteur du tourisme n’est pas à l’abri d’aléas susceptibles de provoquer « d’énormes dégâts » économiques.

Selon les prévisions de l’organisation mondiale du tourisme, les arrivées de touristes internationaux cette année devraient rester de 70 à 75 % inférieures à celles enregistrées avant-pandémie.

Vous aimerez aussi: 2020, la pire année de l’histoire du tourisme

« La crise du secteur touristique est historique, mais le tourisme a la capacité de récupérer rapidement » affirme le secrétaire général de l’OMT.

Le premier responsable de l’organisation mondiale du tourisme à l’espoir que 2022 sera « une bien meilleure année » pour le secteur du tourisme que l’année 2021.

46 pays sont toujours fermés aux touristes

L’organisation mondiale du tourisme a relevé que 46 pays sont totalement fermés aux touristes étrangers, 55 autres pays sont partiellement fermés aux touristes et 4 pays ont totalement levé toutes les restrictions, selon l’OMT.

Plusieurs pays n’ont pratiquement pas accueilli de touristes cette année notamment en Asie et dans la région Pacifique, où de nombreux pays interdisent encore à jusqu’à présent les voyages « non essentiels. »

Pour l’organisation mondiale du tourisme, seule une réponse coordonnée de l’ensemble des pays permettra de « rétablir la confiance » des touristes.