Appel à augmenter le nombre de vols vers l’Algérie

Le député Mohamed Hani a appelé à augmenter le nombre de vols vers l’Algérie pour permettre aux algériens établis à l’étranger de rentrer au pays.

Précisant que la réouverture complète des frontières relève d’une “décision souveraine” que prend le Président de la République, le parlementaire a appelé à augmenter le nombre de vols vers l’Algérie pour permettre à la communauté algérienne établie à l’étranger de rentrer au pays.

“Nous appelons à augmenter le nombre de vols. La solution est d’augmenter le nombre de vol de trois à six ou de 5 à dix, pour faciliter les choses.” a déclaré le président de la commission des affaires étrangères à l’APN dans une interview accordée au site TariqNews.

Toutefois, il explique que la décision d’augmenter le nombre de vols ne dépend pas uniquement des autorités algériennes. ” Il y a des accords de réciprocité, nous avons trois vols de l’Algérie vers l’étranger et trois vols de l’étranger vers l’Algérie. Donc, pour augmenter le nombre de vols, il faut qu’ils aient eux aussi un nombre de vols. Donc, le blocage n’est pas du côté algérien, mais du côté européen.” a t-il expliqué.

Une autre solution a également été proposée par le député pour permettre à un plus grand nombre de ressortissants algériens établis à l’étranger de rentrer au pays.

“Les frontières maritimes sont toujours fermées. Un avion transporte entre 250 et 300 passagers alors qu’un navire peut transporter 1 300 passagers. Donc, on peut programmer des dessertes maritimes au départ de Barcelone ou de Marseille, avec des tests qui seront réalisés durant la traversée. Une seule desserte maritime équivaut à 5 vols (en termes de nombre de passagers transportés, Ndlr) ” explique le président de la commission des affaires étrangères à l’APN.

Le député a rappelé, par ailleurs, que pour le moment, des vols sont opérés depuis l’étranger vers trois aéroports en Algérie à savoir: Alger, Constantine et Oran.

Mohamed Hani a affirmé que la fermeture des frontières algériennes a permis à l’Algérie d’échapper à la première vague de la pandémie de Covid19. “La fermeture des frontières a prouvé au monde qu’elle empêche le déplacement du virus.” a t-il dit.