Réouverture des frontières: “C’est encore un peu tôt”

Le président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire estime qu’il est “encore un peu tôt” pour envisager une réouverture des frontières de l’Algérie, fermées depuis la mi-mars.

Rappelant que la réouverture des frontières algériennes est une ” décision politique”, le Pr Kamel Senhadji a appelé à la prudence.

Dans un entretien accordé, hier au journal électronique TSA, le président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire a affirmé qu’il faudrait être “prudent” et “regarder de près les contaminations ailleurs” notamment en Europe.

Pour lui, s’il n’y a pas une augmentation des contaminations après l’allègement des mesures du confinement qui a été décidé récemment, il sera possible d’envisager “un protocole pour permettre la réouverture des frontières.”

Vous aimerez aussi: Réouverture des frontières: Le ministre de la santé s’exprime

Hier, le sénateur Abdelouaheb Benzaim a lancé un appel pour la réouverture des frontières de l’Algérie.

“La communauté algérienne établie à l’étranger et les ressortissants bloqués à l’étranger souffrent depuis la fermeture des frontières. Ne pensez-vous pas qu’il est temps de lever cette suspension (des vols réguliers?, Ndlr)” a t-il lancé au ministre de la santé au cours d’une journée parlementaire sur le Covid19 organisée par le Conseil de la Nation.

Rappelant que la réouverture des frontières est une “décision souveraine”, le Pr Benbouzid a plaidé pour le maintien de la fermeture des frontières.

Le ministre a expliqué que la réouverture des frontières pourrait être envisagée lorsque le nombre des contaminations baissera pendant des semaines ou des mois, et qu’il n’y a plus de clusters.

Il a précisé que la décision “ne relève pas des prérogatives du ministère de la santé.”