Vidéo: Près de 5.000 Algériens bloqués en France

Près de 5.000 Algériens sont bloqués en France depuis la suspension du trafic aérien à cause de la pandémie de la Covid-19, selon la chaine France24.

Ces nombreux algériens étaient simplement de passage en France pour des raisons de santé, professionnelles ou de tourisme. « Je suis venu ici parce que j’avais un cancer qui ne se traitait pas en Algérie. » déclare un jeune à France 24, en marge d’une manifestation devant l’ambassade d’Algérie à Paris. Un autre algérien, maitre de conférence, a déclaré à la même chaine être venu en France pour des recherches bibliographiques.

« Je veux rentrer chez moi… »

« …Mon pays c’est l’Algérie, je veux rentrer chez moi… » dit une dame, présente à la manifestation devant l’ambassade.

Bloqués en France depuis plus de quatre mois, beaucoup sont à court de ressources et font face à de nombreuse difficultés notamment pour se loger.  » Il y en a ceux qui passent leurs journées dans les bus, et le soir ils rentrent juste pour dormir, histoire de ne pas être un fardeau pour les personnes qui les hébergent… » relate une dame au micro de France24.

Il dort dehors depuis des mois…

Un homme, venu une semaine pour du tourisme, dort dehors depuis des mois. « Mon travail au bled est stoppé, je marche à 4h du matin et je crie. C’est angoissant et stressant » a t-il raconté.

« Pourquoi le gouvernement n’envoie pas des avions d’Air Algérie et rapatrier les citoyens qui sont bloqués dans un état lamentable ici. Jusqu’à quand ça va durer? On n’en peut plus » s’interroge une dame, au milieu de quelques manifestants devant l’ambassade d’Algérie à Paris.

Près de 13.000 Algériens bloqués à l’étranger rapatriés

Depuis la fermeture de l’espace aérien à cause de la pandémie de la Covid-19, les autorités ont annoncé avoir rapatrié près de 13.000 ressortissants algériens bloqués à l’étranger, selon le dernier chiffre communiqué, le 9juin, par Le ministre conseiller à la communication, porte-parole de la Présidence de la République, Mohand Oussaïd Belaïd.